ABDELHAÏ LARAKI

BIO


CAROLINE LOCARDI

Diplômé de l'École Louis-Lumière à Paris et d'un 3ème cycle en cinéma à la Sorbonne sous la direction de Jean Rouch, Abdelhaï Laraki alterne au cours de sa carrière ses activités créatives entre publicité, télévision et cinéma. Acteur majeur de l’industrie audiovisuelle et membre actif de la société civile marocaine en faveur du développement des droits de l’homme au Maroc. Dès les années 90 il signe des formats pionniers de programmes de sensibilisation pour le Ministère de la Santé, l’OMS ou le Conseil Consultatif des Droits de l'Homme. Son docu-fiction «Les Corsaires de l’Atlantique» est présenté à l’Exposition Universelle de Lisbonne 1998. >Pour le cinéma, il produit des oeuvres majeures comme «Le Grand Voyage» avec le producteur Humbert Balsan, oeuvre primée à la Mostra de Venise 2004; «J’ai Vu Tuer Ben Barka» réalisé pour le quarantenaire de la disparition du leader politique Marocain.

Dans ses oeuvres personnelles, il utilise librement le cinéma tout comme la télévision pour poser son regard sur la société marocaine contemporaine en mutation: la question de l’identité et les années de plomb dans «Mona Saber» (2001); le pouvoir de l'argent dans «Parfum de Mer» (2006) ; la condition féminine dans la série “Moué Taja”, la question de l’héritage islamique dans la série «Sans Famille», la liberté individuelle et le rapport au corps dans le film «Love in the Medina» (2011) - grand succès public et critique, au centre des débats sur la liberté artistique des auteurs marocains et de «l’art propre». Il questionne également dans ses téléfilms les dangers d’internet, du harcèlement sexuel, la place de l’enfant autiste dans la société, etc. Avec toujours, en toile de fond dans son cinéma, une réflexion sur l'humain, son rapport à la société, à l'Histoire et au Pouvoir.


Go to Top